Home

A 6 ans, je jouais avec un meccano et je dessinais des ponts qui devaient relier la ville de Tánger à la péninsule ibérique.
A 7 ans, je jouais (et je gagnais) aux échecs avec les adultes.
A 9 ans, je commençais à écrire et à dessiner, à 11 ans à sculpter l’argile, à 12 ans à faire des photos.
A 14 ans, j’ai appris à jouer au Mus et au billard.
A 18 ans, je suis partie courir monde.
A 28 ans, je me suis mise à dessiner des plans et à construire des maisons et à 53 ans, j’ai commencé à peindre.

De toutes ces activités, il en est trois que j’ai laissé tomber : le billard, le jeu d’échecs sur un échiquier et la construction de maisons.

Quant aux autres, je continue à les cultiver avec délectation et assiduité.

Isa Malumbres

- Et toi, qu’est-ce-que tu veux faire quand tu seras grande?
- J’aurai une usine de lekes.
- C’est quoi, lekes?
- C’est ça, lekes.
- Et à quoi ça sert, les lekes?
- Ils servent à tout.... avec lekes, tu peux faire des ponts, des avions et aussi, des maisons et des livres et des dessins et tu peux chercher des trésors et jouer…


Ma mère m’a donné, il y a quelques années, une feuille qu’elle a conservée depuis ma plus tendre enfance, avec cette phrase et d’autres.

Isa Malumbres

"Maman, maman, donnes-moi ces cochonneries si bonnes que j’aime tant”
“Je suis heureuse heureuse mais un peu triste”
“La lune est belle, belle mais un peu laide”
“Isa, c’est qui qui sonne á la porte?” – “Ce sont les imboisins, maman!”

D’où je déduis :

que lekes était mon mot pour concept,
que je savais ce que j’aimais et que je le demandais même si c’était tabou,
que le sens de la relativité était inné chez moi,
et que je n’aimais pas les voisins.

Maintenant que je suis grande, je joue dans mon Usine de Lekes, je continue à ne pas aimer les voisins. Tout reste relatif. Je lis des dictionnaires et je jouis des “petites-grandes” choses qui font la vie agréable.

L’art manifeste des émotions filtrées par la raison. Ou vice versa.

Mes pièces sont le fruit d’une introspection automatique, elles représentent un lien entre mon univers et le monde autour de moi, elles sont des pensées, des mots, des regards, des sentiments, convertis en formes, en couleurs.

Mes céramiques sont tout à la fois une expérience visuelle et tactile.

La plupart de mes pièces sont des maquettes.